• FIL INFO
  • PROTOCOLE / GUIDE COVID-19
  • J'AI BESOIN D'AIDE
  • COMMENT AIDER ?
  • FAIRE UN DON
  • INFO & CONTACTS UTILES
  • Update 17 Octobre 2020

Beaucoup d'entre vous nous appellent afin de savoir si il est possible de continuer les activités de travail du sexe ou non.

De manière générale sur l'ensemble du territoire belge, le couvre-feu est d'application, les établissements ne peuvent donc plus être ouvert de minuit à 5h du matin.

Les travailleur.euses du sexe devront être rentré chez elles / eux avant minuit maximum, les horaires d'ouvertures devront donc être adaptés à partir de ce lundi 19 octobre 2020.

Ci dessous les informations reçues jusqu'à maintenant. Les fermetures ont lieux principalement pour les bars à champagne. Si vous n'êtes pas enregistré comme bar à champagne mais fermé tout de même, n'hésitez pas à nous contacter (info@utsopi.be).

Wallonie

  • Province de Liège : Le gouverneur de la province a annoncé l’interdiction de la prostitution sur l’ensemble de la Province de Liège du jeudi 22 octobre à 12h jusqu’au 19 novembre inclus.
  • Sombreffe : les bars à champagne à Sombreffe sont pour le moment fermés.

Flandre

  • Gand : l’ensemble des vitrines du quartier rouge de Gand sont désormais fermés, étant considérés comme bars à champagne.
  • Saint-Trond : la cellule locale a ordonné la fermeture de la chaussée d’amour, en accord avec les mesures COVID-19 fédérales.

 

  • Update 10 juillet 2020

Nous nous efforçons de collecter un maximum d’informations auprès des communes afin de vous les communiquer. Voici pour l’instant les informations reçus :

Si vous êtes TDS, un.e exploitant.e ou représentant.e d’une administration communale et que vous contestez des erreurs, n’hésitez pas à nous contacter directement info@utsopi.be

Wallonie

  • Charleroi : les hôtels de passe et clubs sont rouverts depuis le 10 juin, moyennant le respect du protocole.
  • Gembloux : les activités de prostitution peuvent reprendre.
  • Gosselie : les hôtels de passe et clubs sont rouverts depuis le 10 juin, moyennant le respect du protocole.
  • Liège : Les activités de prostitution sont de nouveau autorisées à partir du 15 juin sous réserve du respect du protocole, du lundi au samedi de 7h à 23h.
  • Namur : Les activités de prostitution ont repris sous réserve du respect du protocole. Fermeture la nuit entre 1h et 7h du matin.
  • Seraing : Les activités de prostitution sont de nouveau autorisées à partir du 15 juin sous réserve du respect du protocole, du lundi au samedi de 7h à 23h. Fermeture obligatoire le dimanche.
  • Sombreffe : les bars dédiée à la prostitution peuvent rouvrir, mais
    l’accès aux chambres et aux prestations sexuelles reste interdit.


Bruxelles-Capitale

  • Bruxelles-Ville : Les activités de prostitution peuvent à nouveau se
    dérouler, tout en sachant que le règlement de la ville interdisant la
    prostitution de rue est toujours d'application.
  • St-Josse-ten-Noode : Les activités de prostitution des carrés sont de nouveau autorisées à partir du 1 juillet sous réserve que les conditions du protocole soient respectées. Les établissements ne pouvant pas respecter le protocole restent fermés. Fermeture la nuit entre 1h à 7h du matin. La prostitution de rue reste strictement interdite.
  • Schaerbeek : Les activités de prostitution sont de nouveau autorisées (rue d’Aerschot et quartier Linné) à partir du 15 juin sous réserve que les conditions du protocole soient respectées. Les établissements ne pouvant pas respecter le protocole restent fermés. Fermeture la nuit entre 1h à 7h du matin.

Flandre

  •  Anvers : réouverture du Quartier Rouge à partir du 15 juin sous
    réserve
    que les conditions du protocole de la Ville d’Anvers soient respectées (très similaire au protocole du groupe inter-fédéral). Les établissements ne pouvant pas respecter le protocole restent fermés. Fermeture la nuit entre 1h et 6h du matin.
  • Courtrai : ne prévoit pas pour le moment de prendre des mesures
    supplémentaires à celles du gouvernement.
  • Gand : les activités de prostitution ont repris, le respect du protocole (notamment port du masque et gel hydro alcoolique) est obligatoire. Fermeture la nuit entre 1h et 6h du matin.
  • Knokke-Heist : Les travailleur.euses du sexe doivent suivre les mesures du gouvernement fédéral.
  • Saint-Trond :
  • Update 9 juin 2020

Le protocole (qui a été relu et validé par le GEES) est désormais disponible dans les liens ci-dessus ! Celui-ci doit a été validé par le cabinet du ministre Ducarme ce mardi 9 juin.

________________________________________________________

  • Qu’est-ce qu’en dit le gouvernement belge ? Update 4 juin 2020

La communication du Conseil National de Sécurité, le 3 juin, concernant le déconfinement, soulève à nouveau de nombreuses questions.

Sur la base des contacts que nous avons eu avec les experts, nous voulons vous donner les informations que nous avons maintenant.

Un premier message important est qu’à partir du 8 juin, nous adoptons en Belgique un point de vue tout à fait différent des mois précédents : Tout est permis, sauf ce qui est (encore) interdit.

  • Le travail du sexe est-il toujours interdit ? Non.

Le travail du sexe n’a pas été abordé lors de la conférence de presse. Cela peut être source de confusion. Il est clair que l’horeca et les massages non-thérapeutiques peuvent rouvrir à partir du 8 juin. Le travail du sexe n’est également pas inclus dans la liste des activités qui sont toujours interdites ou reportées. On peut en déduire que le travail du sexe peut être repris SI les mesures sanitaires sont bien observées.

 Cependant, les communes peuvent décider de maintenir l’interdiction, comme cela est déjà le cas pour certaines.

  • Le gouvernement prévoit-il des mesures de protection pour le secteur ? Un protocole de mesures spécifique est en cours d’élaboration.

Pour chaque secteur, des directives sont élaborées concernant les meilleures mesures de sécurité à suivre pour protéger le personnel et les client.es. Pour le travail du sexe, des consultations sont actuellement en cours avec les experts pour définir ces directives.

La règle de la distance de 1,5m est difficile à respecter dans le travail du sexe, mais nous attendons des conseils comme dans de nombreux autres secteurs :

– Porter un masque par vous et le client ;

– Appliquer une bonne hygiène (des mains) – lavage et désinfection – pour vous et le client ;

– Des conseils sur le nettoyage, la désinfection et la ventilation de la pièce après chaque client et l’utilisation correcte du linge de lit et des serviettes ;

– Eviter d’avoir trop de personnes dans une pièce en même temps ;

– etc.

Nous savons que vous vous souciez de votre propre santé et de celle des autres.

Malheureusement, nous ne pouvons garantir qu’un redémarrage ne posera plus de risque d’infection par Covid-19. Après tout, le virus n’a pas disparu et est toujours dangereux.

Faire en sorte que le travail puisse être effectué de la manière la plus sûre possible et appliquer les mesures proposées peut aider à réduire les risques !

 

  • Comment les communes géreront-elles l’assouplissement des mesures ? Ce n’est pas encore tout à fait clair.

 Comme vous le savez, les communes peuvent appliquer des règles spécifiques sur la prostitution. On ne sait pas encore clairement quelles communes élaboreront ou non des réglementations supplémentaires. Nous ne savons pas non plus précisément si la police effectuera des contrôles, et de quelle manière.

 

  • Et les TDS qui résident temporairement à l’étranger ?

 Celles et ceux qui sont rentré.es dans leur pays d’origine et qui souhaitent revenir travailler en Belgique doivent s’informer des règles concernant les voyages en Belgique depuis leur pays d’origine.

 Les associations du secteur font le suivi de l’évolution des mesures spécifiques concernant le travail du sexe, nous vous tiendrons au courant aussi rapidement que possible.

  • Contactez-nous si vous avez des questions.
 

– UTSOPI Bruxelles et distribution alimentaire – Nora – 0470/81.44.45

– UTSOPI Vlaanderen – Daan – 0472/25.64.26

– UTSOPI Bruxelles & Médias – Marie – 0485/62.08.41

UTSOPI continue ses activités maintenues durant le confinement à savoir :
– La ligne d’écoute et d’information ;
– Les distributions alimentaires ;
– Le soutien pour l’alimentation et le loyer via la cagnotte ;
– Le chaîne UTSOPI Corona TV ;
– Les Listen to You online

Pour plus d’infos :

FR : https://utsopi.be/covid-19/
NL : https://utsopi.be/nl/covid-19-onder-sekswerkers/

 

Vous trouvez plus d’infos sur le coronavirus sur www.info-coronavirus.be.

Protocole sectoriel

Le protocole concernant le secteur du travail sexuel, relu et validé par le GEES a été accepté et signé par M. le ministre Ducarme le 09 juin 2020.

Vous retrouverez toutes les informations nécessaires et le contenu des protocoles via ces liens :

En français

En anglais

En néerlandais

Ou via le site www.info-coronavirus.be.

Guide de soutien aux travailleur.euses du sexe

Suite à la crise sanitaire COVID-19, les travailleur.euses du sexe ont été dans l’obligation d’arrêter d’exercer leurs activités. A l’heure où nous écrivons ces mots, il est impossible de savoir avec certitude si le travail du sexe risque d'être à nous interdit et pour combien de temps.

En attendant, il n’est pas toujours simple de trouver les informations concernant nos droits et possibilités durant cette crise, tant pour notre santé que pour obtenir un éventuel revenu de remplacement.

Le guide ci-dessous, qui ne prétend pas être exhaustif, rassemble différentes informations concernant vos droits et les services encore ouverts en Belgique, permettant le meilleur accompagnement possible.

Pour toute demande d’aide et/ou de soutien, merci de contacter UTSOPI à l’adresse help.utsopi@gmail.com.

 

Je suis travailleur.euse du sexe et j’ai besoin d’aide

Cette page s’adresse à n’importe quel.le travailleur.euse du sexe (en carré, vitrine, escort, bar à champagne, assistant.e sexuel, cam gril/boy, acteur.ice porno, masseur.euse, etc.), qui travaille à temps plein ou occasionnellement et qui a besoin de soutien suite à la crise COVID-19 et ses conséquences.

Le formulaire ci-dessous vous permettra de remplir les informations nécessaires pour que nous puissions vous recontacter et vous fournir une aide financière et/ou alimentaire.

Afin d’être complètement transparent, UTSOPI à établie (à contre coeur) une liste de critères de priorité pour l’accès à l’aide venant de la cagnotte. L’ordre de priorité est le suivant :

– personnes sans-papiers / migrant.es

– personnes isolé.es avec enfants

– personnes isolé.es avec autres personnes à charge

– personnes sans aucun autre revenu ou aide gouvernementale possible

Nous favorisons toujours l’obtention d’aides plus structurelles venant de structures gouvernementales (tel que le CPAS), la cagnotte étant une mesure d’aide d’urgence, qui n’a pas vocation à durer dans le temps.

Pour les aides alimentaires, les montants varient en fonction des situations et du montant total de la cagnotte. A titre indicatif, les aides sont dans la mesure du possible réparties comme suit par mois :

  • 1 personne seule : 200€
  • 1 pers. + 1 pers. à charge : 250€
  • 1 pers. + 2 pers. à charge : 300€
  • 1 pers. + 3 pers. à charge : 350€
  • 1 pers. + 4 pers. à charge ou plus : 400€

 

Concernant les aides au loyer, celles-ci varient en fonction du montant de la cagnotte. Pour une question d’équité, les montants sont les mêmes pour chaque personne, peu importe le montant de votre loyer.

 

Toutes les données se seront traitées que par 1 à 2 personnes d’UTSOPI et ne seront partagées à aucune autre organisation. L’ensemble des données sera anonymisée pour le traitement des données.

Le traitement et le stockage des données confidentielles est fait dans le respect strict des normes relatives au RGPD.

  • Financement
  • Se déclarer
  • Traductions
  • Internet & réseaux sociaux

Une des aides les plus précieuses reste encore d'aider au financement d'UTSOPI. En effet, malgré nos différents financeurs, aucun d'eux ne peut prendre en charge des aides directes aux travailleur.euses du sexe, ce qui reste donc uniquement possible au travers de votre soutien.

Nous vous invitions à visiter l'onglet "FAIRE UN DON" de cette même page.

Durant le confinement ont été aussi mené par des allié.es des campagnes de financement pour UTSOPI, notamment au travers de la vente de masques.
Ce genre d’actions, que nous pouvons difficilement menées vu la charge de travail sont d’une grande aide.

Si vous avez une idée ou une envie de lancer une tel campagne, merci de contacter Maxime au 0470/19.16.12.

L'une des solutions possibles pour les TDS reste de pouvoir se déclarer comme indépendant.e, afin d'obtenir le droit passerelle. Bien sûr, cela pose de nombreux.ses questions, tant sur le plan économique que juridique, raison pour laquelle se déclarer en tant que TDS n'est pas si facile et si rapide que cela. 

Pour autant, le fait d'être déclaré (quand cela est possible) est l'une des seules possibilités de bénéficier des aides régionales et fédérales en cas de lockdown.

Si vous avez des connaissances / compétences spécifiques à ce sujet, merci de nous contacter via help.utsopi@gmail.com.

Même si de nombreuses langues sont parlées au sein d’UTSOPI, il n’est pas toujours évident de faire les traductions en temps et en heure, notamment sur le site internet. Pour autant, la communication est la base de l’information et du pouvoir, et donc de l’empowerment.

Nous cherchons des traducteur.ices bénévoles pour nos guides d’informations, le site internet, et tout document de l’association.

Les langues recherchées sont :

- Néerlandais

- Anglais

- Espagnol

- Portugais

- Roumain

- Bulgare

- Albanais

- Hongrois

- Arabe

Pour aider, contactez-nous à l’adresse help.utsopi@gmail.com.

L’un des moteurs d’UTSOPI et de nos combats, c’est la visibilité.

Vous pouvez nous en apporter en partageant en continu nos publications sur les réseaux sociaux, des articles concernant le travail du sexe, la parole de travailleur.euses du sexe, afin que nous ne tombions pas dans l’oubli.

Plus largement et à plus long terme, nous recherchons des personnes douées et webmastering et gestion des réseaux sociaux, afin de travailler avec l’équipe salariée sur la visibilité d’UTSOPI online.

C’est notamment par-là que nous rencontres les TDS, raison supplémentaire pour avoir une communication parfaite.

Soutenir les travailleur.euses du sexe pendant le coronavirus

Comme vous le savez et le vivez toutes et tous, la crise liée au COVID-19 nous impact tous.tes très fortement pour la 2ndfois en Belgique.

Ici comme ailleurs, les premièr.es impactées de manière extrêmement violente sont les plus précaires, dont font partie nombre de travailleur.euses du sexe.

Forcées à devoir suspendre leurs activités de mars à juin 2020 par mesure gouvernementale mais aussi pour raisons évidentes de sécurité sanitaire, l'immense majorité des travailleur.euses du sexe, qui ne possèdent aucun statut et aucune protection se sont retrouvé.es totalement privés de revenus et sans possibilité d'obtenir un revenu compensatoire prévu par l'état.

Depuis le reprise entre juin et août (selon les communes), les travailleur.euses du sexe sont toujours dans des situations très difficiles, la plupart des client.es n’étant pas vraiment revenu.es, et donc les rentrées d’argent toujours plus réduites après de nombreux mois sans aucune ressource et à creuser ses dettes.

Cette 2ndvague annoncée aura très surement de manière tout aussi violente un impact terrible sur les travailleur.euses du sexe, raison pour laquelle nous en appelons à votre soutien.

Afin d'être complètement transparent, UTSOPI à établie à contre cœur lors de la 1èrecrise une liste de critères de priorité pour l'accès à l'aide venant de la cagnotte. Cette liste de critères reste d’actualité, même si notre objectif reste bien d’aider tous.tes les TDS en ayant besoin.

L'ordre de priorité est le suivant :
- personnes sans-papiers / migrant.es
- personnes isolé.es avec enfants
- personnes isolé.es avec autres personnes à charge
- personnes sans aucun autre revenu ou aide gouvernementale possible

Croyez bien que nous faisons notre maximum afin de soutenir l'ensemble des TDS en Belgique, dans cette situation de crise inédite, mais nous devons aussi faire des choix difficiles et prioriser un maximum les personnes les plus en danger. Nous sommes également en contact quasi-quotidien avec nos partenaires, qui peuvent accompagner les TDS dans leurs démarches sociales à distance, afin de les soutenir au mieux dans cette situation.

Pour faire un don, avec la communication « don coronavirus utsopi »

IBAN : BE20 7360 4157 3456

BIC : KREDBEBB

Work in progress

Twitter

X