• FIL INFO
    • PROTOCOLE / GUIDE COVID-19
    • J'AI BESOIN D'AIDE
    • COMMENT AIDER ?
    • FAIRE UN DON
    • INFO & CONTACTS UTILES
    • Update 30 Octobre 2020

    Vu que les nombres d'infections au coronavirus a fortement augmenté, des mesures plus strictes s'appliquent à partir du lundi 2 novembre 2020 jusqu’au dimanche 13 décembre 2020.

    Le travail du sexe n'est pas explicitement mentionné dans l'arrêté ministériel fédéral. Pourtant, il y a des conséquences pour le travail du sexe. Après la fermeture des cafés, restaurants et centres de bien-être, une interdiction des métiers de contact non médicaux s'applique également.

    Le travail du sexe est désormais interdit.
    Les mesures pour l'ensemble de la Belgique se trouvent sur le site Internet du gouvernement fédéral: info-coronavirus.be

     

    • Update 25 Octobre 2020

    Beaucoup d'entre vous nous appellent afin de savoir s’il est possible de continuer les activités de travail du sexe ou non.

    De manière générale sur l'ensemble du territoire belge, le couvre-feu est d'application, les établissements ne peuvent donc plus être ouverts de minuit à 5h du matin.

    Les travailleur.euses du sexe devront être rentré.e.s chez elles / eux avant minuit maximum, les horaires d'ouverture devront donc être adaptés à partir de ce lundi 19 octobre 2020.

    Des mesures supplémentaires pour les régions wallonne et bruxelloise modifient également les heures d’ouverture à partir du lundi 26 octobre (voir ci-dessous).

    Ci-dessous les informations reçues jusqu'à maintenant. Les fermetures concernent principalement  les bars à champagne ou autres établissements enregistrés comme bar. Si vous n'êtes pas enregistré comme bar à champagne mais fermé tout de même, n'hésitez pas à nous contacter (info@utsopi.be).

    Pour les provinces / communes où le travail du sexe est toujours possible, reportez-vous au protocole. Celui-ci sera par ailleurs réévalué par les autorités en fonction de l’évolution de la situation.

    Wallonie

    A partir du lundi 26 octobre, un couvre-feu est d’application de 22h à 6h du matin. Les travailleur.euses du sexe devront être rentré.e.s chez elles / eux avant 22h maximum, ainsi que vos client.es. Pensez à adapter vos horaires de travail.

    • Province de Liège : Le gouverneur de la province a annoncé l’interdiction totale du travail du sexe sur l’ensemble de la Province de Liège du jeudi 22 octobre à 12h jusqu’au 19 novembre inclus.
    • Sombreffe / Gembloux / Nivelles : les bars à champagne et établissements de prostitution / travail du sexe sont fermés.

    Flandre

    • Gand : l’ensemble des vitrines du quartier rouge de Gand sont désormais fermées, étant considérées comme bars à champagne.
    • Saint-Trond : la cellule locale a ordonné la fermeture de la Chaussée d’amour, en accord avec les mesures COVID-19 fédérales.

    Bruxelles

    A partir du lundi 26 octobre, le travail du sexe est interdit sur l’ensemble de la Région de Bruxelles-Capitale et cela jusqu’au 19 novembre inclus.

    Cette mesure est valable pour l’ensemble du travail du sexe : vitrine, carré, salon de massage, privé, escorting, etc.

    Protocole sectoriel

    Le protocole concernant le secteur du travail sexuel, relu et validé par le GEES a été accepté et signé par M. le ministre Ducarme le 09 juin 2020.

    Vous retrouverez toutes les informations nécessaires et le contenu des protocoles via ces liens :

    En français

    En anglais

    En néerlandais

    Ou via le site www.info-coronavirus.be.

    Guide de soutien aux travailleur.euses du sexe

    Suite à la crise sanitaire COVID-19, les travailleur.euses du sexe sont dans l’obligation d’arrêter d’exercer leurs activités. 

    Il n’est pas toujours simple de trouver les informations concernant nos droits et possibilités durant cette crise, tant pour notre santé que pour obtenir un éventuel revenu de remplacement.

    Le guide ci-dessous, qui ne prétend pas être exhaustif, rassemble différentes informations concernant vos droits et les services encore ouverts en Belgique, permettant le meilleur accompagnement possible.

    Pour toute demande d’aide et/ou de soutien, merci de contacter UTSOPI à l’adresse help.utsopi@gmail.com.

     

    Je suis travailleur.euse du sexe et j’ai besoin d’aide

    Cette page s’adresse à n’importe quel.le travailleur.euse du sexe (en carré, vitrine, escort, bar à champagne, assistant.e sexuel, cam gril/boy, acteur.ice porno, masseur.euse, etc.), qui travaille à temps plein ou occasionnellement et qui a besoin de soutien suite à la crise COVID-19 et ses conséquences.

    Malheureusement, le fond d’urgence mis en place par UTSOPI est désormais vide. Il n’est plus possible d’apporter des aides financières pour le mois de novembre.

    Nous faisons actuellement tout notre possible pour récolter de nouveaux dons afin de relancer le fond d’urgence en décembre. Si vous avez besoin d’aide, n’hésitez pas à contacter l’une des associations citées dans notre guide COVID-19 :

    https://utsopi.be/wp-content/uploads/GUIDE-FR-1.pdf

    • Financement
    • Se déclarer
    • Traductions
    • Internet & réseaux sociaux

    Une des aides les plus précieuses reste encore d'aider au financement d'UTSOPI. En effet, malgré nos différents financeurs, aucun d'eux ne peut prendre en charge des aides directes aux travailleur.euses du sexe, ce qui reste donc uniquement possible au travers de votre soutien.

    Nous vous invitions à visiter l'onglet "FAIRE UN DON" de cette même page.

    Durant le confinement ont été aussi mené par des allié.es des campagnes de financement pour UTSOPI, notamment au travers de la vente de masques.
    Ce genre d’actions, que nous pouvons difficilement menées vu la charge de travail sont d’une grande aide.

    Si vous avez une idée ou une envie de lancer une tel campagne, merci de contacter Maxime au 0470/19.16.12.

    L'une des solutions possibles pour les TDS reste de pouvoir se déclarer comme indépendant.e, afin d'obtenir le droit passerelle. Bien sûr, cela pose de nombreux.ses questions, tant sur le plan économique que juridique, raison pour laquelle se déclarer en tant que TDS n'est pas si facile et si rapide que cela. 

    Pour autant, le fait d'être déclaré (quand cela est possible) est l'une des seules possibilités de bénéficier des aides régionales et fédérales en cas de lockdown.

    Si vous avez des connaissances / compétences spécifiques à ce sujet, merci de nous contacter via help.utsopi@gmail.com.

    Même si de nombreuses langues sont parlées au sein d’UTSOPI, il n’est pas toujours évident de faire les traductions en temps et en heure, notamment sur le site internet. Pour autant, la communication est la base de l’information et du pouvoir, et donc de l’empowerment.

    Nous cherchons des traducteur.ices bénévoles pour nos guides d’informations, le site internet, et tout document de l’association.

    Les langues recherchées sont :

    - Néerlandais

    - Anglais

    - Espagnol

    - Portugais

    - Roumain

    - Bulgare

    - Albanais

    - Hongrois

    - Arabe

    Pour aider, contactez-nous à l’adresse help.utsopi@gmail.com.

    L’un des moteurs d’UTSOPI et de nos combats, c’est la visibilité.

    Vous pouvez nous en apporter en partageant en continu nos publications sur les réseaux sociaux, des articles concernant le travail du sexe, la parole de travailleur.euses du sexe, afin que nous ne tombions pas dans l’oubli.

    Plus largement et à plus long terme, nous recherchons des personnes douées et webmastering et gestion des réseaux sociaux, afin de travailler avec l’équipe salariée sur la visibilité d’UTSOPI online.

    C’est notamment par-là que nous rencontres les TDS, raison supplémentaire pour avoir une communication parfaite.

    Soutenir les travailleur.euses du sexe pendant le coronavirus

    Comme vous le savez et le vivez toutes et tous, la crise liée au COVID-19 nous impact tous.tes très fortement pour la deuxième fois en Belgique.

    Ici comme ailleurs, les premièr.es impactées de manière extrêmement violente sont les plus précaires, dont font partie nombre de travailleur.euses du sexe.

    Forcées à devoir suspendre leurs activités de mars à juin 2020 par mesure gouvernementale mais aussi pour raisons évidentes de sécurité sanitaire, l'immense majorité des travailleur.euses du sexe, qui ne possèdent aucun statut et aucune protection se sont retrouvé.es totalement privés de revenus et sans possibilité d'obtenir un revenu compensatoire prévu par l'état.

    Depuis le reprise entre juin et août (selon les communes), les travailleur.euses du sexe sont toujours dans des situations très difficiles, la plupart des client.es n’étant pas vraiment revenu.es, et donc les rentrées d’argent toujours plus réduites après de nombreux mois sans aucune ressource et à creuser ses dettes.

    Cette 2ndvague annoncée aura très surement de manière tout aussi violente un impact terrible sur les travailleur.euses du sexe, raison pour laquelle nous en appelons à votre soutien.

    Afin d'être complètement transparent, UTSOPI à établie à contre cœur lors de la 1èrecrise une liste de critères de priorité pour l'accès à l'aide venant de la cagnotte. Cette liste de critères reste d’actualité, même si notre objectif reste bien d’aider tous.tes les TDS en ayant besoin.

    L'ordre de priorité est le suivant :
    - personnes sans-papiers / migrant.es
    - personnes isolé.es avec enfants
    - personnes isolé.es avec autres personnes à charge
    - personnes sans aucun autre revenu ou aide gouvernementale possible

    Croyez bien que nous faisons notre maximum afin de soutenir l'ensemble des TDS en Belgique, dans cette situation de crise inédite, mais nous devons aussi faire des choix difficiles et prioriser un maximum les personnes les plus en danger. Nous sommes également en contact quasi-quotidien avec nos partenaires, qui peuvent accompagner les TDS dans leurs démarches sociales à distance, afin de les soutenir au mieux dans cette situation.

    Pour faire un don, avec la communication « don coronavirus utsopi »

    IBAN : BE20 7360 4157 3456

    BIC : KREDBEBB

    Work in progress

    Twitter

    X